Panier 0
 

Famille Anne Revaclier /

< Retour à la liste
Domaine la Pérolière 46, route de Bourdigny 1242 Satigny
Téléphone fixe: 022.753.12.48

Nous avons le plaisir de rencontrer la dynamique et authentique Anne Revaclier sur le domaine familial qui a été tenu par son père et son grand-père avant elle. Nous retrouvons notre viticultrice sur ses huit hectares de vignes à Satigny, où elle cultive du Gamay, du Garanoir, du Gamaret, du Pinot Noir, du Gewürztraminer, du Chardonnay, du Chasselas et un peu de Doral. En plus du raisin, Anne possède des terres agricoles qu’elle cultive en jachère florale.

« Comme beaucoup de femmes, j’ai plusieurs vies dans une journée !»

En discutant quelques minutes, on comprend rapidement que Anne est une femme multitâche. En plus de gérer son exploitation, elle est maman de trois enfants et elle va prochainement être Maire de la commune de Satigny. C’est à se demander quand est-ce qu’elle trouve le temps de se reposer un peu ! Mais notre viticultrice nous donne son secret pour que tout ceci fonctionne comme sur des roulettes : associer la famille à toutes les activités et ne pas mettre de frontières entre les métiers. Chacun est ainsi impliqué dans la vie de l’autre et le temps partagé est maximal !

Une femme de terrain

Née à Satigny, sa maison se situe à cinquante mètres seulement de l’endroit où elle est a vu le jour. Côté études, après une licence en sciences politiques, Anne a travaillé pendant trois ans dans l’audit des comptes avant de partir en voyage avec son sac à dos en Asie. C’est là-bas qu’elle a découvert sa passion pour l’humanitaire, en travaillant une année pour le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés au Cambodge. Elle a ensuite travaillé au CICR à l’étranger, avant d’entamer sa reconversion professionnelle et d’obtenir son diplôme en œnologie et viticulture à Changins. Élue conseillère administrative en 2011, Anne n’a plus eu le temps de tout faire et elle a quitté son poste au CICR pour se consacrer au domaine familial et à la politique.

 « Le temps a une autre dimension quand on est dans la vigne. »

Pour Anne, la vigne rime avec attachement : attachement à la terre, à la nature et amour du grand air. Pour être une bonne viticultrice, elle pense qu’il faut être observatrice et précise dans ses interventions. Il faut constamment « avoir le nez dans ses vignes » pour repérer les anomalies et réagir de manière appropriée. Ce qui caractérise Anne, c’est sa sensibilité écologique. Ces enfants sont d’ailleurs derrière elle pour la pousser dans ce sens. Son prochain objectif est de réussir à se passer des herbicides sachant que dans un monde idéal, elle n’en utiliserait plus depuis longtemps.

Ce que notre viticultrice aime particulièrement, c’est être dehors, être en contact avec la nature. Au rythme de la taille ou des travaux de la feuille, le tumulte s’apaise et le calme permet de réfléchir. C’est dans ces moments-là que les problèmes, quels qu’ils soient, trouvent des solutions. Cette femme vraie et entière nous confie cependant adorer également les contacts humains et les moments conviviaux !

Si elle ne devait choisir qu’une saison, ce serait le printemps ! La nature qui s’éveille, les fleurs et les abeilles, c’est son truc à elle. Elle se remémore cependant avec une pointe de nostalgie les périodes des vendanges lorsque les équipes venues du sud de l’Italie apportaient vie et gaité dans les villages. Une parenthèse festive s’ouvrait alors, avec -comme point d’orgue- la tenue de nombreux bals de campagne et l’élection de Miss vendanges !

Un regard vers le futur

A l’avenir, elle espère que le vin continuera à être un produit recherché et apprécié par le consommateur. Le producteur et le consommateur ont déjà beaucoup en commun puisqu’ils partagent le goût des bonnes choses et des produits locaux. Elle souhaite aussi que le dialogue entre le monde urbain et agricole soit renforcé, car c’est de la connaissance que naît la compréhension et le respect.

Côté dégustation, Anne a un gros coup de cœur pour la gamme Baccarat qu’elle qualifie de « pétillante comme la vie » ! Si elle nous avoue préférer le vin blanc, elle apprécie également l’assemblage Syrah-Gamaret.

Enfin, elle nous confie que la solidarité qui règne entre les viticulteurs et avec La Cave de Genève est un élément qui lui tient à cœur. Pouvoir compter sur un entourage présent en cas de coups durs est une chance inouïe de nos jours.

Localisation

Découvrez aussi