Panier 0
 

SECRETS DE DÉGUSTATION

Initiation à l’art de la dégustation

Pour analyser et décrire les sensations provoquées par un vin, les œnologues et les dégustateurs professionnels utilisent un vocabulaire particulier. Avant de plonger tous les sens en éveil – œil, nez, bouche – dans votre verre de vin, apprenez qu’une bonne dégustation implique non seulement l’usage d’un langage riche et fleuri, mais aussi le respect de certaines consignes.

L’art et la manière

L’heure idéale pour la dégustation se situe entre 10h du matin et 12h, alors que le nez et le palais sont reposés, donc plus réceptifs aux subtilités des arômes et des saveurs. Choisissez un endroit sain (sans odeur parasite), pas trop sombre pour vous permettre d’apprécier les couleurs. La dégustation suit généralement un ordre bien précis : les blancs avant les rouges, les vins jeunes avant les vieux. Veillez aussi à les servir à bonne température : 10/12°C pour les blancs et rosés, 14/16°C pour les rouges.

Ouvrez… l’œil

Lors de la dégustation, c’est le premier organe sensoriel qui réagit. Par lui, passent deux principaux critères qui sont l’aspect et la couleur. On dit d’un vin qu’il est brillant, terne, trouble, perlant, gras. Du côté de la couleur, c’est la catégorie du vin qui détermine une palette de nuances variées, et tout le vocabulaire correspondant.

Ayez du… nez

Après le regard, intervient le nez qui détermine des impressions personnelles et subjectives. Chacun reconnaît des arômes en fonction de son expérience et de ses souvenirs. Si un vin « sent délicieusement bon », ou « provoque une envie irrésistible de passer à table », c’est entre autres parce que par le nez, trois critères d’appréciation sont pris en considération : l’intensité, les types d’arômes et leurs qualités.

Écoutez… ce que vous dit la bouche

La bouche est une phase essentielle de la dégustation. Comme pour l’évaluation olfactive, elle se traduit d’une part en intensité qui provient de la première impression ressentie à l’attaque, et d’autre part en qualité qui fait référence aux saveurs. En fin de dégustation, on évoque « la longueur en bouche », soit la persistance du goût du vin dans le palais après dégustation.

 

Plus d’informations